Témoignages Cyclo

PARIS - BREST - PARIS : Le Récit de Patrick

Une belle part du Paris-Brest… Pari(s)

Le Paris Brest Paris, un rêve ! Depuis le temps que je l’attendais celui là ! je ne voulais pas me priver de tous les plaisirs qu’il pourrait m’occasionner. Cette année contrairement à ma première participation, j’avais décidé dans un élan du cœur, de rouler pour la fondation DigestScience- rapidement pour vous en touchez deux mots ( je vous incite néanmoins à vous rendre sur le site pour comprendre les objectifs de cette fondation) – je vous dirais que j’ai eu à cœur de mettre à mon nom leur message : Les objectifs de cette Team ( équipe ) dépassent de loin les frontières du sport :
- Mieux faire connaître et reconnaitre ces maladies peu (voire pas) médiatiques  et qui touchent près 1 Français sur 5 dont beaucoup de jeunes
- Récolter des fonds pour la recherche
- Inciter les malades à dépasser leurs angoisses, renouer des liens sociaux, faire ou refaire du sport quel que soit leur niveau – le message qui ma fait m’inscrire «  mouiller le maillot pour la fondation, mettre à son service jambes et moral en portant le maillot qui permettait de la faire «  connaitre «  puisque dit on personne ne peut tout savoir, autant véhiculer le message.

La veille du Paris Brest Paris, mauvaise surprise néanmoins, vol de ma voiture, de ma sacoche prête pour le départ, d’un VTT et de mon portable- la voiture volée on ne pourrait pas dormir sur Place alors que tout était prévu, bien ficelé – et comble de désolation, j’avais acheté un nouveau portable qui devait me permettre d’envoyer des photos en temps réel et des messages pour le suivi du parcours. Comme quoi dans la vie – finalement- il ne faut jamais vraiment croire que tout est acquis- que tout est bien posé- et que le destin nous réserve – comme dans un amusement certain- bien des surprises, mauvaises comme bonnes. Pour le fait –là en l’occurrence c’était une très mauvaise surprise.

Lire le récit complet

Voir des photos : ici

PARIS BREST PARIS au FEMININ : L’EPILOGUE

Dimanche 16 Aout, 17 heures, Saint Quentin en Yvelines grouille de vélos  et les discussions dans toutes les langues qui s'entremêlent  contribuent à l'atmosphère de fête ambiante. Les cyclos encore propres et fringants embrassent une dernière fois leurs proches avant de rejoindre le lieu du départ au milieu des  quelques 6000 Participants venus de tous les coins de la planète. Une demi-heure avant notre départ prévu à 19 heures, notre groupe des BRMs (Emmanuelle, Sylvaine, Bruno, Gilles, Pascal, Denis) est à nouveau reconstitué : Emmanuelle et Sylvaine semblent aussi sereines que le ciel de cette fin de journée. Nous choisissons de nous regrouper en queue du peloton avant le départ afin d'éviter les dépassements et  d’avoir l’assurance de ne pas se disperser.

A 19 heures 02, les premiers tours de roues sont donnés au milieu des applaudissements et des encouragements du nombreux public présent. Comme prévu, notre allure modérée nous permet rapidement de s'isoler du gros du peloton et de traverser sans stress les petites localités des Yvelines et leurs aménagements  ralentisseurs. La température  clémente et l'absence de vent facilite notre progression vers la vallée de l'Eure que nous traversons à Nogent le roi avant d'escalader, sous les applaudissements, la première véritable cote qui nous mènera sur les plateaux d'Eure & Loir. Les plus rapides du groupe partis à 19heures 15 nous rattrapent.  Notre allure est volontairement modérée : Notre fraicheur physique ne doit nous faire oublier que la route sera longue. Nous observons une courte pause après 70kms avant d'atteindre  Châteauneuf en Thymerais. Le Jour qui s'évanouit nous permet d'admirer la longue guirlande rouge qui nous ouvre la route vers l'ouest. L'arrivée dans le PERCHE nous propose un relief plus accidenté qui nous aide à conserver une sensation agréable malgré la température qui commence à baisser. Denis qui se sent des fourmis dans les jambes décide de nous quitter et de vivre son PBP en solo. Apres 140Kms, nous arrivons à MORTAGNE, lieu du premier accueil officiel : Tout le monde en profite pour se restaurer et enfiler des vêtements chauds afin d'affronter cette première fin de nuit.

Lire la suite

Le Paris Brest Paris d'un Jeune cyclo du GTR relaté par sa soeur

Theo arrivee du pbp 2016Johanna Daniel, membre du GTR et soeur de Théo, un jeune cyclo Haut Normand, également membre du GTR - Groupe des Touristes Rouennais - a écrit un article sur son blog à la suite de la participation réussie de son frère au Paris Brest Paris 2015.

Vous y trouverez un bref historique du Paris Brest Paris ainsi qu'un compte rendu fort intéressant de l'édition 2015.

Lire l'article de Johanna : http://peccadille.net/2015/08/22/paris-brest-paris-1891-2015/ 

Voir la page Facebook de Théo : https://www.facebook.com/theo.bike.world/timeline

Diagonale Brest Perpignan en trio

 

Carte diagosCarte diagosCarte diagosDe la pointe de la Péninsule Armoricaine à la grande Bleue.

Voyage caniculaire ou comment repousser ses limites
 Logo brest 840x388Logo perpignan

JuilletUne diagonale ça se prépare ! longtemps à l’avance ; il faut faire l’étude du parcours sur plus de 1000 km, essayer de prévoir les arrêts pour dormir, en sachant que tout n’est qu’aléatoire et qu’à chaque instant tout peut changer, analyser les reliefs, eux ne changent pas, éviter de préférence les grands axes de circulation : surtout en début de vacances scolaires….tout ceci se pense – se discute lors des longues soirées hivernales. Un cyclotouriste, même sans être sur son vélo n’est jamais vraiment sur terre. Le cœur et l’esprit toujours à la recherche de nouvelles sensations, la joie de rouler est plus forte que tout, c’est comme un rendez vous chaque fois renouvelé, et qui apporte son lot de bonheurs, de petits tracas vite oubliés, et qui laisse ensuite le corps à nouveau opérationnel, une seule envie : recommencer !!!!!

On parle beaucoup d’addiction actuellement, addiction aux sports, c’est nouveau ? Non ! Mais il y a de plus en plus d’adeptes, de plus en plus de retours dans les journaux, alors évidement le phénomène passionne. Tous les sports sont mis à l’honneur, le running, le cyclisme, le cyclotourisme, la marche –randonnée- le but c’est toujours d’aller plus loin dans la recherche de l’endorphine, cet hormone du plaisir pur ! Et c’est cette endorphine que nous allions chercher mes amis de route et moi-même.

01 r p c 2015 0005Jean Jacques, est parti en solo rejoindre Brest, il va repérer le parcours, et nous allons le rejoindre Bruno et moi. Nous devons prendre le départ en garde de Pavilly. Tout à mes pensées j’oublis que les minutes ne s’arrêtent pas, et que chronos ne me fera pas l’honneur de m’attendre pas plus que le train qui semble déjà par son bruit me notifier que j’ai trop rêvassé – je monte avec Bruno à la dernière minute à son bord  ! 

Lire la suite

Le 600 du Havre : Fin des qualifications pour Paris-Brest-Paris au féminin : Le récit de Jean-Jacques

Le 600 du Havre : Sylvaine & Emmanuelle

0018 600 havre 16 Juin 2015, dernier acte des brevets qualificatifs Paris Brest Paris. Nous avons rendez-vous à ROUELLES  pour participer au 600 organisé par Michel LINDET. A l'entrée d’HARFLEUR, une voiture me double et ralentit : je reconnais Sylvaine et Pascal qui semblent hésiter sur l'itinéraire à prendre : Je leur fais un petit signe pour les inviter à me suivre jusqu'au lieu de départ. A 4h30 du matin, Michel arrive avec son épouse.  Alors qu'il déplie la table de camping qui lui sert de bureau, on aperçoit dans le coffre de sa voiture les gâteaux de riz et les litres de café qui feront notre bonheur tout le long du parcours. Un quart d'heure avant le départ fixé à 5h00, alors qu'une vingtaine de cyclos s'affairent autour de leur vélo et que je commence à m'inquiéter de l'absence d'Emmanuelle & Gilles, le portable de Bruno sonne : petit problème d'allumage matinal, ils auront une 1/2 heure de retard. Nous en profitons pour échanger avec Michel qui nous confirme que ce BRM sera bien son dernier en tant qu'organisateur. Vers 5h20, Emmanuelle & Gilles débarquent et essuient quelques vannes potaches pour bien enfoncer le clou. Un quart d'heure plus tard, c'est un groupe au complet composé de Sylvaine, Emmanuelle, Pascal, Gilles, Bruno & Denis qui s'élance de jour sous un soleil naissant le long des rives de la Seine.

Voir toutes les photos

Lire la suite

Préparation du Paris-Brest-Paris : Le 600 de Dieppe : Le récit de Patrick

Le 600 du C.D.C Dieppe

Après une courte nuit de sommeil nous nous rendons, Bruno et moi à Dieppe, le 600 (km) nous attend. C’est le dernier brevet qui nous permettra d’avoir un sésame qui nous permettra de participer au Paris Brest Paris, qui nous tient tant à cœur, par la pensée pour certains mais aussi pour  ceux qui pourront à ce moment là être physiquement présents, par le rêve.

Nous retrouvons sur le parking de l’hôtel de ville des visages familiers, Christine, Sylvie, Didier, Philippe, Marcel, Thomas, Stéphane, Denis, Armand …..Des habitués de cette discipline sportive qui mérite ses galons d’or et qui est portée à bout de bras, par tous les organisateurs, accompagnateurs, et que nous ne citons pas toujours dans nos récits. Ces femmes et hommes «  de cœur «  qui ont la passion dans le sang et qui savent nous la transmettre en même temps que de nombreux conseils bien utiles en temps et heure.

0005Après les formalités d’inscription pour la modique somme de 2 €, les organisateurs venus nombreux nous offrent un café et une part de gâteau. Dirais-je que je suis sensible à ces petits moments de convivialités ? Oui et là c’est aussi un petit remerciement que je ferais en pédalant (je vous rassure là j’écris je ne suis donc pas sur ma bonne vieille bécane) mais je pense souvent, donc lors de nos périples à toutes les personnes qui se mobilisent pour que nos sorties soient vraiment réussies. Je ne suis jamais déçu, et je pense toujours qu’un mot de remerciement serait vraiment la moindre des choses, et je pars en rêverie, moi le cyclo rêveur, et j’oublis l’essentiel de la vie : la gentillesse, la générosité, les valeurs du cœur.

Environs 30 randonneurs s’élancent pour la dernière étape de qualification au PBP sur le coup de 5h, du matin bien sur ! Horaire magique ? Peut être bien…..

Lire la suite

Les Rayons d'Or de la Ligue : Rouen - Besançon - Dijon - Rouen en Cyclo Camping : Le récit de Patrick

 9 jours  De l’Enfer à la douceur de Vivre.

1450 km – le rayon d’or de Besançon – le Rayon d’or de Dijon.

Départ le 28 avril 2015 – le retour est prévu le 6 mai – une prévision- rien n’est certain, les intempéries, les soucis mécaniques, et bien d’autres désagréments vont faire de ce début de parcours une descente en enfer qui pour le fait portera ce nom le temps d’un récit.

4h30 du matin. C’est matinal, ça me va bien, moi qui jeune était un loir, je deviens un loup qui aime à ne pas trainasser au lit alors que l’envie de partir sur les routes se fait sentir la veille déjà. De bonne humeur je finis les préparatifs pour notre départ. Joie sincère, je vais rouler avec Jean Jacques. Je sais que je serais bien accompagné et qu’il s’est accommodé de mon tempérament parfois enflammé. Il est posé, je ne le suis pas, il sait diriger, je ne le sais pas, bref, on dit que les opposés s’attirent et là c’est bien le cas.

0001Le départ est prévu à 7heures tapantes à Rouen, nous allons nous offrir un voyage en cyclo camping et j’avale sans déplaisir un petit déjeuner copieux, équilibré, j’ai en tête les conseils de mes amis intervenants lors de la conférence sur la santé et la sécurité, j’en ais fais mon livre de chevet, je me prépare du mieux que je peux.

5h30 coup de fil de Jean-Jacques, le ciel s’obscurcit ou c’est une vision un peu plus noire de notre départ qui se profile : Une  pièce de fixation du porte sacoche a cassé et chacun ( e) sait qu’une sacoche pour partir en randonnée c’est essentiel, surtout pour ce genre de périple. 1450 km sans savoir si un ravitaillement sera possible, si les horaires correspondront aux creux que nous aurons à l’estomac pour continuer d’avancer. L’enfer semble bien vouloir nous ouvrir une trappe, une trappe que vont décider de refermer nos amis de VELHANO, leur boutique ouvre à 9 heures….

0007 1Je rejoins Jean-Jacques sur son lieu d’habitation, et nous partons ensemble pleins d’espoirs, mais la boule au ventre, surtout moi, qui suis le plus émotif des deux.          8h45 Olivier et Jérôme nous reçoivent, au moins pour eux, même si l’ouverture est annoncée un quart d’heure plus tard, l’amour du cyclotourisme et des vélos passe avant, ils nous prennent immédiatement sous leur aile protectrice. C’est beau, ça réchauffe le cœur. Finalement ça ferait taire ceux qui ébruitent de génération en génération l’adage qui veut qu’un Normand c’est aussi froid que les vikings d’antan. Jérôme joue du chalumeau allègrement, geste maitrisé, nous sommes bien conscient que tout ça c’est un métier, et olivier joue les mécanos, ce sont tous les deux des pros. Démontage- montage ; et en avant les copains droit devant !!!!!!!!!!!!!!!

Lire la suite

Du 200 au 400 : Les Qualifications pour Paris-Brest-Paris au féminin : Le récit de Jean-Jacques

Paris-Brest-Paris au féminin

En 2011, après avoir participé pour la 1iere fois au Paris-Brest-Paris, il m'apparut comme une évidence qu'en 2015 que je me replongerai dans l'atmosphère si particulière qui se dégage de ce grand rassemblement international du vélo. Désirant placer cette nouvelle édition sous le signe du partage, l'idée de constituer un petit groupe de cyclos, que  l'exigence de l'épreuve pouvait freiner, fit son chemin : l'expérience des longues distances que j'avais acquise en d'autres temps grâce à des cyclos comme Daniel Guignant me servirait pour mener à bien ce projet.

200 de ROUEN : Emmanuelle & Sylvaine
0010Contacts pris,  deux féminines, Emmanuelle (Club du Trait) et Sylvaine (Club de Canteleu) sont  au rendez-vous du BRM 200 de Rouen, 1ier  brevet de la série des BRM qualificatifs. Le départ matinal s'effectue sous un ciel chargé et une atmosphère venteuse. Un peloton d'une cinquantaine de cyclos progresse jusqu'à DUCLAIR ou une première côte provoque naturellement un éclatement en  plusieurs petits groupes. Le notre, composé d'une dizaine de vélos, poursuit sa progression  avec un vent le plus souvent favorable jusqu'à FECAMP où la première pause ravitaillement est observée. La pluie persistante  n’incite pas à prolonger notre halte, surtout que les 4Okms qui nous attentent s'effectuent avec un vent de tempête 3/4 face. Le changement de cap à SAINT ROMAIN nous permet de bénéficier d'un vent portant sous une pluie devenue moins dense. Les langues se délient et les conversations vont bon train. Emmanuelle et Sylvaine ne montrent pas de signe particulier de fatigue et les autres membres de notre vaisseau (Gilles, Bruno, Denis, Henri, Pascal, Marc, Jean-Marc,..) respectent parfaitement mes consignes d'allure. L'arrêt du midi s’effectue dans un café à LILLEBONNE afin de se réchauffer. L'après-midi, les conditions météo se durcissent encore et les branches d'arbres qui jonchent les chaussées et les fils télégraphiques qui trainent par terre en sont les témoins. Le dernier pointage à ISNEAUVILLE me permet d'évaluer  l'état des troupes : de la fatigue mais pas d'épuisement. Malgré les mauvaises conditions, l'état de fraicheur reste correct. La Descente sur Rouen marquera le terme de ce premier 

Lire la suite